Publifin : « La démission des lampistes est l’arbre qui cache la forêt »

La dissolution des comités de secteur de Publifin ne suffit pas à régler les problèmes que le scandale a soulevés.

Depuis plusieurs années le groupe ECOLO de Thimister-Clermont refuse d’approuver l’odj de l’AG de l’intercommunal PUBLIFIN pour des raisons de manque de transparence et absence de démocratie.

Malheureusement les récents évènements nous ont donné une fois de plus raison :

Vingt-cinq mandataires CDH, MR et PS locaux ont perçu pendant des années de très généreuses rémunérations pour siéger dans trois organes internes à Publifin, l’intercommunale qui contrôle à 100 % l’entreprise Nethys (Voo, BeTV, L’Avenir).

Comité de secteur énergie: Président : Claude Emonts (PS). Membres : Raphaël Amieva (cdH), Maxime Bourlet (MR), Valérie Dejardin (PS), Alfred Lecerf (CSP, soit l’équivalent germanophone de cdH), Marie-Noëlle Mottard (MR), Vinciane Pirmolin (cdH), André Stein (MR) et Eric Vanbrabant (PS).

Comité de sous-secteur Liège-Ville: Président : Mohammed Bougnouch (PS). Membres : Jean-Paul Bonjean (PS), Sébastien Bovy (MR), Anne Delvaux (plus présente), Laurence Cuipers (cdH), Pierre Gilissen (MR), Jean-Pierre Goffin (PS), Giuseppe Maniglia (PS).

Comité de secteur télécoms: Présidente : Catherine Megali (PS). Membres : Alain Defays (cdH), Luc Delvaux (MR), Fabrice Drèze (MR), Béatrice Kinet (plus là), Stéphane Linotte (MR), Serge Manzato (PS), Fatima Shaban (PS).

Cette dernière compte 76 communes actionnaires, dont la nôtre Thimister-Clermont. Son manque de transparence concernant les cumuls et les rémunérations est régulièrement dénoncé par ECOLO notamment au Parlement wallon.

Publifin compte trois comités de secteurs : énergie, télécoms et Liège-Ville. Au sein de ces trois comités, on retrouve en tout 24 élu-e-s, qui appartiennent aux trois partis que sont le PS, le MR et le CDH et qui touchent entre 1.340 et 2.871 euros brut par mois. Le scandale, c’est qu’aucune présence aux réunions n’est obligatoire. Et que le nombre des dites réunions est extrêmement restreint, puisque l’on en évoque à peine une dizaine depuis la création de ces structures.

« Plus de deux millions d’euros qui ont été dépensés par Publifin en trois ans pour rémunérer des mandataires sans aucun pouvoir décisionnel alors que ces montants auraient pu être reversés aux communes sous la forme de dividendes. »   (C. Henin, échevin d’Olne)

D’autres mandataires – dont des bourgmestres et échevins – ont touché plus de 67.000 euros et n’ont pourtant assisté qu’à une ou deux réunions en plus de trois ans. Si l’on fait un rapport entre le montant perçu et le temps passé en réunion, on peut constater que les élus concernés ont touché plus de 500 euros par minute de réunion suivie… 516 euros par minute de réunion.

À Thimister, alors que le point concernant l’assemblée générale de l’intercommunale était à l’ordre du jour du conseil du 7 décembre, le groupe Ecolo, a demandé d’ajouter un point d’urgence au dernier conseil de l’année pour revoter ce point compte tenu ces récentes informations.

Et cela a bougé : Au lieu d’avoir 14 « oui » pour 3 abstentions, ce point a reçu 4 « non » et les abstentions du reste du conseil. Il est donc refusé  !!

 Complément d’information via un échantillion d’articles de la presse écrite et audio-visuelle :

Télévesdre

RTL

RTBF

RTC

La Première

Le Vif

La Libre

Le Soir

La DH

Sudpresse

7sur7

Share This